Le site officiel de l'Eminent Guide de la république Islamique d'Iran

Il faut se battre pour créer la société islamique

À l’approche de la rentrée et du début de la nouvelle année académique dans les écoles de théologie, le Guide suprême de la Révolution islamique, l’honorable Ayatollah Khamenei, a reçu, le lundi 28 août 2017, un groupe de professeurs et d’étudiants des écoles de théologie de la province de Téhéran.

Pendant cette rencontre qui a duré trois heures, le Guide suprême de la Révolution islamique a mis l’accent sur les avantages et les privilèges créés dans le pays, durant le règne de l’Ordre islamique, pour un meilleur accomplissement des devoirs et des missions principales des oulémas et les théologiens. L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Aujourd’hui, l’humanité tout entière, en particulier les jeunes gens, ont vivement besoin d’un nouveau discours. L’islam a de nouvelles propositions à présenter dans divers domaines, dont l’anthropologie, la sociologie et la politique. Si ces messages parvenaient à l’oreille de l’humanité, ils seraient acceptés et adoptés par beaucoup de gens. »
Au cours de cette réunion, le Guide suprême de la Révolution islamique s’est réjoui de rencontrer les jeunes étudiants des écoles de théologie, et d’entendre leurs paroles et remarques encourageantes, et d’ajouter : « Vous, jeunes étudiants, vous êtes comme de jeunes plantes qui poussent dans le verger de la religion et des enseignements de nos imams. Vos progrès théoriques et le développement de vos capacités pratiques vont certainement surprendre vos éducateurs et provoquer le courroux de vos ennemis. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a cité un verset du Coran relatif à la colère des mécréants face au développement remarquable des enseignements de l’islam : « Si les ennemis de l’islam et du Coran n’étaient pas furieux à cause de nos actes et de notre détermination, nous devrions douter de l’utilité de notre existence », a-t-il conclu.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré que les oulémas et les théologiens étaient les continuateurs de la mission des prophètes. Et d’ajouter : « Les messagers de Dieu avaient pour mission de faire triompher une vision du monde fondée sur la croyance en l’unicité de Dieu et de proposer une vie de sainteté à l’humanité. Le devoir des oulémas est de suivre leur exemple et d’accomplir la même mission. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a affirmé : « Certes, il y a aujourd’hui des gens qui s’opposent à ce que les communautés mènent une vie de sainteté, tout comme à l’époque des prophètes, où il y avait des gens qui s’y opposaient. Par conséquent, les oulémas doivent se préparer à travailler dur sur le long terme pour que leurs efforts aient des effets positifs et durables. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a mis l’accent sur les avantages et les privilèges que le règne de l’Ordre islamique avait créés en Iran pour permettre un meilleur accomplissement des devoirs et de la mission des oulémas et les théologiens. L’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré que l’un de ces avantages résidait dans le fait qu’un esprit de religiosité remarquable régnait dans la société iranienne. Il a ajouté : « Dans le même temps, il existe, au niveau mondial, un vide idéologique en raison des déceptions créées par l’échec à la fois du marxisme et du libéralisme. Cela rend le terrain propice pour présenter au monde la pensée et l’idéologie de l’islam. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a affirmé si les oulémas réussissaient à faire parvenir au monde les messages novateurs de l’islam à propos de l’homme, de la société et de la politique, beaucoup de gens, surtout les jeunes, les accepteraient et y croiraient.
L’honorable Ayatollah Khamenei a ajouté qu’à ce jour, les nouveaux moyens de communication, les médias modernes et le cyberespace étaient des instruments qui devaient être utilisés pour propager le message revivifiant de l’islam. Le Guide suprême de la Révolution islamique a déclaré : « L’autre avantage de notre époque, c’est la multitude des questions et des doutes dans les esprits. Le nombre croissant de telles questions prépare les esprits à rechercher des réponses et à repousser les frontières de la connaissance. Certes, il est nécessaire de ne pas rester au stade des questions et des doutes et de passer à l’étape constructive de la recherche des réponses logiques et correctes. »
Dans une autre partie de son discours, l’honorable Ayatollah Khamenei a donné des explications concernant les sujets évoquées par les étudiants des écoles de théologie lors de cette réunion.
Le Guide suprême de la Révolution islamique a appelé les étudiants à « prendre au sérieux leurs études et les débats académiques ». À ce propos, l’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Pour avoir une influence au niveau social, il faut accroître ses connaissances et obtenir le niveau scientifique requis. Pour en donner un exemple, il faut rappeler le niveau de connaissance parfait de feu l’Imam Khomeini, ce qui lui a permis de mener jusqu’au succès le combat et le grand mouvement de notre Révolution. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a affirmé que les propositions que l’on fait pour appliquer des réformes au sein des écoles de théologie doivent être « réalisables et pratiques ». Et d’ajouter : « Élaborer un plan signifie, en réalité, faire un effort pour tracer une route vers un but. Il est donc nécessaire que ce plan soit élaboré dans le respect des réalités existantes, en tenant compte des obstacles qui peuvent exister éventuellement et en envisageant des solutions aux problèmes. »
Dans l’optique du Guide suprême de la Révolution islamique, la voie qui mène à la suppression des points faibles en vue d’arriver à une situation favorable passe par la lutte, une motivation profonde et une ferme volonté. « La lutte signifie le maximum d’effort, la communion des idées et la bonne organisation », a-t-il expliqué.
L’honorable Ayatollah Khamenei a rejeté le point de vue de certains analystes et auteurs qui croient à la fin du combat et de la Révolution islamique, y voyant une erreur et « un acte de trahison contre la Révolution », avant d’affirmer : « La Révolution bouleverse les normes anciennes et établit un nouveau système de normes. La survie de la Révolution signifie l’effort pour maintenir ces normes nouvelles. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a souligné la difficulté du maintien et de la survie des normes révolutionnaires, en affirmant que leur concrétisation nécessitait un combat acharné. Il a ajouté : « Ceux qui s’opposait autrefois au principe même de la Révolution et entravaient son développement continuent aujourd’hui à saboter les efforts destinés à assurer la survie et la permanence de la Révolution. Comme à l’époque où un rude combat était requis pour mener la Révolution vers la victoire, il faut aujourd’hui un combat pour renforcer les normes révolutionnaires et créer une société islamique. »
L’honorable Ayatollah Khamenei a décrit ensuite les différentes étapes de l’édification d’une civilisation, avant d’affirmer : « L’État islamique a été établi sur la base d’un mouvement révolutionnaire, et a réalisé de très grands buts. Mais il faut savoir qu’il reste encore beaucoup à faire pour créer un État islamique idéal et une véritable société islamique. Néanmoins, sachons que nous avançons, sans aucun doute, sur cette voie et que nous réalisons d’importants progrès. »
Le Guide suprême de la Révolution islamique a exhorté les jeunes étudiants des écoles de théologie à la piété, à la vertu, à l’assiduité dans la prière et à la lecture continuelle du Coran. « Sachez que sur la voie que vous avez empruntée, cette attitude pratique et personnelle est beaucoup plus efficace que la prédication verbale. »
À l’issue de son discours, l’honorable Ayatollah Khamenei a déclaré : « Dans vos esprits, si les études et les débats académiques s’accompagnaient de la piété et de la vertu, le corps des savants et des oulémas, que l’on appelle souvent “la communauté des religieux”, aurait, sans aucun doute, un avenir meilleur et prometteur. »
Au début de cette réunion et avant le discours du Guide suprême de la Révolution islamique, plusieurs étudiants des écoles de théologie de la province de Téhéran ont posé des questions et ont fait part de leurs remarques et préoccupations.
Messieurs :
- Hossein Halvaïan, étudiant en Études supérieures spécialisées (Kharedj)
- Omid Afchandi, rédacteur en chef du journal estudiantin Rastakhiz
- Mostafa Jalali, lauréat du festival estudiantin Allameh Helli
- Seyyed Mohammad Kazem Moussavifar, secrétaire des réunions estudiantines dans les écoles de théologie
- Mohammad Abd ol-Saleh Chahnouch, docteur en droit
- Hossein Sadeghzadeh, étudiant de niveau 9
- Mohammad Reza Faghani, militant culturel dans les domaines relatifs aux enfants et aux adolescents
- Mohammad Hossein Afchari, cofondateur d’associations estudiantines

Mesdames :
- Khadidjeh Ahmadi, directrice de recherche au Centre d’administration des écoles de théologie de la province de Téhéran
- Rezvan Ghorbani Bavariyani, chercheuse et étudiante en Études supérieures, niveau 2
- Sommayeh Ahmadi, doctorante
- Fatemeh Ahmadi, auteur de sept livres

Ils ont formulé des remarques sur les sujets suivants :
- La nécessité pour les étudiants des écoles de théologie de jouer le rôle d’intermédiaire entre le peuple et l’État ;
- La nécessité de promouvoir la science religieuse et de développer l’esprit et la pratique révolutionnaire dans les écoles de théologie ;
- La revivification de la doctrine théorique et de la pratique de feu l’Imam Khomeini, comme antidote aux tendances antirévolutionnaires dans les écoles de théologie ;
- La nécessité de redynamiser les écoles de théologie pour résoudre les problèmes sociaux, notamment dans le domaine des nouveaux débats sociaux, économiques, culturels, politiques et diplomatiques ;
- La nécessité de mettre à jour les textes enseignés dans les écoles de théologie pour les adapter aux besoins actuels de la société ;
- La nécessité d’une coopération plus étroite entre les écoles de théologie et les institutions publiques pour trouver des solutions appropriées aux problèmes sociaux ;
- La nécessité de recruter les forces humaines compétentes dans les écoles de théologie ;
- La nécessité de la réglementation du cyberespace et de la production de ressources religieuses dans l’espace virtuel, conformément aux valeurs et aux normes de la culture iranienne et islamique ;
- La nécessité d’accorder plus d’attention à l’éducation des enfants et des adolescents en élaborant des textes religieux adaptés à leur âge ;
- La nécessité de créer des bureaux culturels pour développer l’esprit révolutionnaire dans les écoles de théologie ;
- La nécessité de bien former les étudiants des écoles théologiques à répondre avec érudition aux ambiguïtés et aux doutes doctrinaux.

 

700 /