Le site officiel de l'Eminent Guide de la république Islamique d'Iran

Notre politique envers les Etats-Unis arrogants n’ont nullement changé

Soudé, le peuple croyant de l’Iran a célébré aujourd’hui, le 1er du mois de Chawwal (samedi 18 juillet), partout dans le pays au terme d’un mois de jeûne, de prières et d’auto-édification pendant le ramadan,  la prière de l’Aïd al-Fitr ; et aussi pour solliciter le Seigneur clément de lui accorder la pérennité de la grandeur nationale, le bonheur dans le monde d’ici-bas et le salut dans l’Au-delà. C’est au joyau de cette splendeur historique, que les habitants de la capitale ont célébré la prière de l’Aïd al-Fitr sous l’imamat du Guide suprême de la Révolution au Mossalla de Téhéran.
Au premier sermon de la prière de l’Aïd al-Fitr, l’Honorable Ayatollah Khamenei a tenu à féliciter, à l’occasion de la bienheureuse fête de Fitr, la nation iranienne et tous les musulmans du monde, soulignant que le mois de ramadan de cette année a été dans le sens littéral du terme le mois de la pluie des bienfaits divins pour le peuple iranien. « Observer le jeûne en ces jours longs et torrides de l’été, les grandes réunions coraniques, les veillées sublimes de prière et d’invocations, les tables austères de l’Iftar dans les mosquées et les rues et enfin la marche grandiose de la Journée mondiale de Qods ont été des signes de ces bienfaits. », a réitéré le Guide suprême de la Révolution islamique.
« La voie juste pour connaître la nation iranienne est de réfléchir sur de telles réalités ; de réalités qui montrent comment la nation a agi ainsi sur la scène de culte de Dieu et aussi sur la scène de la lutte contre l’Arrogance ; et comment elle a montré ces voies aux autres peuples. », a ajouté l’Honorable Ayatollah Khamenei, qui, plus loin dans ses propos, a évoqué les slogans « A bas Israël » et « A bas l’Amérique » scandés par le peuple iranien à la Journée mondiale de Qods pour souligner : il faut saisir les orientations immenses du mouvement de la nation, de ces slogans, et non pas de la bouche tendancieuse des étrangers que répètent malheureusement, certaines personnes incorrectes à l’intérieur.
L’Honorable Ayatollah Khamenei a évoqué au deuxième sermon de la prière d’Aïd al-Fitr les événements déplorables qui ponctuent la région, pour réitérer : malheureusement des mains néfastes et malveillantes ont rendu amer et éprouvant le mois béni de ramadan à de nombreux peuples de la région surtout au Yémen, à Bahreïn, en Palestine et en Syrie, ces questions sont très importantes pour le peuple iranien.
La majeure partie du deuxième sermon de l’Honorable Ayatollah Khamenei était consacré à des points concernant le nucléaire. En premier lieu, le Guide suprême a tenu à remercier les responsables de ces pourparlers marathon et serrés,  notamment l’équipe négociatrice pour son travail laborieux. « L’adoption du texte élaboré devrait suivre son processus légal ; toutefois, que ce texte soit oui ou non adopté, la récompense des négociateurs reste intacte, Dieu le veut. », a réitéré le Guide suprême de la Révolution islamique, qui a ensuite insisté sur le fait que la République islamique réagirait à toute sorte d’abus du « texte élaboré ». « Que ce texte soit adopté ou qu’il ne soit pas, je ne permettrai à personne de porter préjudice aux principes fondamentaux de l’Ordre islamique », a martelé le Guide suprême de la Révolution islamique
En allusion à l’ambiance menaçante et l’acharnement des ennemis aux questions défensives du pays, l’honorable Ayatollah Khamenei a ajouté : grâce à Dieu, les compétences défensives du pays et sa sécurité seront préservées ; la RII ne se pliera jamais devant le maximalisme de l’ennemi.
Autre point évoqué par le Guide suprême de la Révolution islamique à propos du nucléaire consistait au soutien aux amis de la RII dans la région.
« Que ce texte élaboré soit adopté, qu’il ne le soit pas après avoir parcouru son processus légal dans le pays, la nation iranienne ne renoncera pas à son soutien aux peuples palestiniens, yéménite et bahreïni, au peuple et au gouvernement syrien et irakien ainsi qu’aux combattants véridiques du Liban et de la Palestine. », a souligné le Guide suprême de la Révolution islamique.
Rappelant que la politique du peuple et de l’Ordre de la République islamique ne changera jamais, sous aucune condition, envers les Etats-Unis, l’honorable Ayatollah Khamenei a ajouté : « Nous n’aurons aucune négociation avec les Etats-Unis à propos des questions bilatérales, régionales et mondiales ; sinon dans des cas exceptionnels comme le nucléaire, qui était inédit. »
Critiquant vivement les politiques américaines « qui soutiennent l’entité terroriste et infanticide sioniste et qui qualifient de terroristes, les combattants dévoués du Hezbollah libanais », le Guide suprême de la Révolution islamique a réitéré : nos politiques sont diamétralement opposées à celles des Etats-Unis, par conséquent comment pourrait-on donc négocier avec eux ?
Autre point évoqué par l’Honorable Ayatollah Khamenei à propos du nucléaire était les fanfaronnades de ces derniers jours des Américains. « Les hommes politiques et les femmes politiques américains, par souci de régler leurs problèmes internes sont obligés ces jours-ci à fanfaronner ; or leurs prétentions sont fausses. », a réaffirmé le Guide suprême de la Révolution islamique et d’ajouter : « il fait de longues années que sur la base des principes de l’Islam, nous avons émis la Fatwa de l’interdiction de la prolifération d’arme nucléaire ; il y a une interdiction au niveau de la Charia à la prolifération de ces armes ; or les Américains, quoiqu’ils reconnaissent même l’importance d’une telle fatwa, ne cessaient leur campagne d’intoxication et leurs fanfaronnades, prétendant voire menaçant qu’ils empêcheraient l’Iran de fabriquer de bombe nucléaire.
« Les actuelles autorités américaines parlent de la capitulation du peuple iranien, bien entendu les cinq précédents présidents américains après la Révolution caressaient de tels chimères mais ou ils ont décédé ou ils ont disparu dans l’histoire, ce serait pour vous aussi la même chose, vous ne devez que rêver de la capitulation de l’Iran. », a rappelé le Guide suprême de la Révolution islamique.
En allusion à l’aveu même de l’actuel président américain, qui a reconnu des cas d’erreur de son pays dans le passé à propos de l’Iran dont le coup d’Etat du 19 août et le soutien à Saddam, l’honorable Ayatollah Khamenei a ajouté : ce ne sont que le point d’iceberg ; sont nombreuses encore les erreurs que les Américains ne sont nullement prêts à reconnaître.
Il a recommandé aux autorités américaines d’abandonner les erreurs en cours afin que les futurs responsables de ce pays ne soient pas obligés de reconnaître les erreurs actuelles.
En insistant sur l’autorité en pleine croissance de la RII, l’Honorable Ayatollah Khamenei a indiqué : il fait une douzaine d’années que six grands pays du monde se démènent pour empêcher l’Iran de développer son industrie nucléaire et comme certains l’ont dit de démonter les engrenages du nucléaire iranien mais aujourd’hui ils se sont vus obligés d’admettre que quelque milliers de centrifugeuses tournent en Iran ainsi que la poursuite des recherches et du développement ; de tolérer cela, ce qui équivaut l’autorité de la nation iranienne.
Pour le Guide suprême de la Révolution islamique, l’autorité et la puissance en pleine croissance de la RII puisent leurs origines dans la résistance du  peuple iranien mais aussi dans le courage et l’initiative de ses scientifiques. Le Guide suprême de la Révolution islamique a tenu à rendre hommage au souvenir des scientifiques nucléaires qui sont tombés en martyre, et à saluer ceux qui suivent leur chemin et leurs proches. « Dieu gratifie une nation qui reste si ferme dans ses justes revendications », a-t-il ajouté.
Au terme du deuxième sermon de la prière de l’Aïd al-Fitr, le Guide suprême de la Révolution islamique s’est référé aux dires de l’actuel président américain quant à la capacité de détruire l’armée iranienne, pour faire remarquer : les anciens répondaient à de telles paroles par ce proverbe « de vanteries à l’étranger ».
Le Guide suprême de la Révolution islamique s’est ensuite adressé aux autorités américaines pour dire : nous n’accueillons aucune guerre ni n’en déclenchons aucune ; mais si une guerre est déclenchée, celui qui sortira tout honteux de cette bataille sera les Etats-Unis agresseurs et criminels.

700 /